Partager sur FB Me contacter
Papa et chômeur Mon expérience jusqu'ici …
Journal
Garder le moral au travail

Les derniers jours de travail: maintenir le moral

Article #4 dans Journal
Publié le 3 décembre 2019

Garder le moral durant les derniers jours de travail... c'est devenu mon nouveau job! Un job assez difficile je dois l'avouer. Mais on ne se laisse pas aller, il faut maintenir le cap, et pour cela, je vous partage quelques unes de mes astuces plus ou moins réussies.

Tout d'abord, un peu de mise en situation.

Niveau boulot, c'est difficile. Je suis le seul qui reste dans mon "équipe", tous les autres sont déjà partis, bénéficiant d'un délai de résiliation contractuelle beaucoup plus court. Et si les autres équipes n'ont vers moi aucune animosité, je me sens malgré tout comme un fantôme... Habitué à de nombreuses réunions, prises de décisions, discussions, je me retrouve exclu de facto, livré à moi-même... L'image choisie pour cet article illustre bien ce ressenti, cette solitude professionnelle qui est devenue mon quotidien. Huit années passées dans cette entreprise pour finir ainsi... je ressens un pincement au coeur.

Ajoutez à cela l'ambiance extérieure festive qui accompagne ce début du mois de décembre. Pour beaucoup, cette période rime avec l'arrivée prochaine des fêtes. C'est l'excitation, la préparation des cadeaux, l'attente fiévreuse des fêtes qui s'annoncent toutes prochaines, la décoration du sapin, les chants de Noël dans les rues et... c'est aussi pour moi les derniers jours de travail, et l'incertitude que cela ouvre pour mon avenir et l'avenir de ma famille qui compte sur moi.

L'important, je crois, consiste à ne pas se laisser aller, et ne surtout pas broyer du noir ou trop s'inquiéter de l'avenir. Mais cela reste plus facile à dire qu'à faire... Comment s'y prendre? Je vous livre mes pistes, mais n'hésitez pas à en partager d'autres en commentaires si le coeur vous en dit!

Première étape: limiter les angoisses liées aux derniers jours de travail

Chômage, derniers jours au travail, sentiment d'exclusion, incertitudes, ... toutes ces considérations sont réelles, alors inutile je crois d'essayer d'éviter d'y penser. Hé oui, les méthodes magiques pour ne plus penser à ses problèmes, je n'y ai jamais cru, je ne vais pas commencer aujourd'hui! La clé pourtant, je crois, c'est de relativiser. Effacer les problèmes d'un coup de baguette, non, mais les rendre moins pensant, pourquoi pas? Car oui, même si la situation est difficile, ce n'est pas la fin du monde:

  • Dans un mois, mon travail ici est terminé. Inutile donc de s'attarder sur cette impression "d'être un fantôme", je me dis que ce n'est que temporaire.
  • Incertitudes sur l'avenir: oui, elles existent. Mais fort heureusement, l'assurance-chômage existe également. J'aurai tout le temps de faire le point avec un conseiller ORP (qu'on espère sympathique!). Financièrement, le chômage représente une perte de revenus, mais il restera suffisamment pour faire vivre ma famille, et c'est tout ce qui compte.

Deuxième étape: se focaliser sur le positif

Car oui, du positif, il y en a! J'imagine que chaque situation est unique, et que chacun devra puiser des forces là où il peut. Chez moi, cette force, c'est avant tout ma famille qui me l'apporte. Tout d'abord, j'ai la chance d'avoir une épouse compréhensive, aimante (et ô combien aimée!). Elle me soutient, me réconforte, et m'apporte au quotidien une force que je n'aurai jamais eu tout seul. Cette situation, ces derniers jours au travail, ce n'est pas mon problème, c'est le notre: nous l'affrontons ensembles, et c'est ensembles que nous le surmonterons.

Ensuite, il y a cette petite fille souriante qui croque la vie à pleine dents et qui se réjouit d'avoir son papa plus souvent à la maison! Oui, le chômage, c'est pénible. Mais d'un autre côté, 4 ans et demi, c'est un âge unique, et avoir l'occasion de pouvoir passer du temps avec ma fille et la voir grandir, c'est une occasion qui n'a, je crois, pas de prix! Après tout, combien de papas ont l'occasion de passer du temps avec un enfant en bas âge?

Troisième étape: penser aux opportunités

L'idée ici n'est pas de nier qu'une porte se ferme. J'ai passé huit années au sein de cette entreprise, c'est vrai. Je me suis habitué à un certain confort, c'est vrai également. Je me retrouve bientôt plongé dans l'inconnu, c'est toujours vrai, et il ne servirait à rien de le nier. Mais, plutôt que de ressasser ces éléments en boucle, pourquoi ne pas penser aux opportunités qui vont s'ouvrir? Je me retrouve face à une croisée de chemins qui mènent tous vers un avenir différent. J'ai devant moi des opportunités qui ne demandent qu'à être découvertes!

Si vous me permettez une petite allégorie, imaginez un homme (ça, c'est moi) qui marche sur une route. Arrivé au bout de la route, il se retrouve face à une extraordinaire intersection, avec de nouvelles voies s'ouvrant dans toutes les directions. Certes, l'homme pourrait se retourner, et penser avec nostalgie à tout ce chemin parcouru, à présent qu'il arrive au bout. Ou bien il pourrait commencer à explorer ces différentes voies qui s'ouvrent à lui, et se focaliser sur toutes ces nouvelles destinations qui ne sont devenues possibles. Cet homme, c'est moi, c'est vous, c'est finalement toute personne qui arrive au bout d'une étape importante de sa vie, avec des choix à effectuer pour la suite...

Bref, au final, soyons honnêtes, on a beau se ressasser toutes ces choses et ces astuces dans la tête, la situation reste compliquée. Mais, en relativisant, en serrant les dents, et en continuant d'avancer, on arrivera bien quelque part! Et dans l'attente, les moments positifs sont bel et bien là, la vie continue, et le meilleur moyen d'affronter l'avenir reste d'aller à sa rencontre avec un sourire, même de circonstance, sur le visage!

Derniers commentaires

A propos de moi

A propos du blog papa chômeur

Jeune papa de 38 ans, passionné par les technologies de l'internet, et désireux de partager son expérience sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *