Partager sur FB Me contacter
Papa et chômeur Mon expérience jusqu'ici …
Etre papa
Savoir dire non à son enfant

Savoir dire non à ses enfants: quand et comment?

Article #1 dans Etre papa
Publié le 10 décembre 2019

Savoir dire non à ses enfants? Voilà un titre d'article qui peut sembler naïf... tout le monde doit, à un moment où un autre, savoir dire non à son enfant. N'est-ce pas... n'est-ce pas?

En fait, je voulais surtout parler dans cet article d'un comportement qui a tendance à m'agacer. Je croise régulièrement dans la rue des parents qui s’époumonent à hurler un grand "non" à leurs marmots. Et ces derniers ne semblent le moins du monde intimidés par ce "non" parental déclamé avec un mélange d'autorité et de résignation.

Imaginez la scène suivante: vous vous promenez dans une rue, lorsqu'un enfant de peut-être 5 ou 6 ans attire votre attention: en effet, il s'amuse à entrer dans toutes les boutiques du coin en courant et en riant, et bousculant dans chaque boutique quelques bibelots mis en vitrine. Pendant ce temps-là, son papa ou sa maman s'évertue à lui crier un :"Non, <>, viens ici!"! Je ne saurai pas vraiment dire pourquoi, mais ce genre de scène a toujours eu le don de m'agacer.

Ma fois, à présent que j'ai ma propre fille à éduquer, je me rends compte qu'un enfant, ce n'est pas un jouet téléguidé. Il ne suffit pas d'appuyer sur le bouton "stop" pour le fruit de nos entrailles s'arrête comme par magie de faire la bêtise à laquelle il ou elle était occupé... Bref, je me rends compte que ce genre de scène peut arriver.

Inutile de crier dans le vide

Plus que la scène elle-même, c'est le fait de voir ces parents complètement ignoré de leurs enfants qui m'agace et me met mal à l'aise. Tout simplement car je m'imagine à leur place! Lorsque je suis devenu papa, je me suis donc fixé une règle: ne jamais dire "non" à ma fille si je ne me donne pas les moyens de faire respecter ce "non". Autrement dit: ne pas crier dans le vide! Pourquoi une telle règle? Peut-être pour m'épargner les regards désolés des passants? Ou alors pour ménager mes nerfs? Oui, mais aussi surtout car je pense que le "non" doit être un mot qui fait sens pour l'enfant, et pas juste une injonction lancée n'importe quand que l'on peut choisir ou non d'ignorer. Du coup, j'utilise le "non" avec parcimonie.

Pour moi, la question de savoir dire non à ses enfants serait alors plutôt de savoir quand dire non à ses enfants.

Quand faut-il dire non à ses enfants?

Un non doit, je crois, être respecté. Si vous dites "non", vous devez l'assumer. Soyez prêt à faire ce qu'il faut, le cas échéant, pour faire respecter votre "non". Je préfère dire rarement non à ma fille, mais m'assurer qu'elle m'écoute. Le "non" ferme et définitif devrait être réservé aux cas réellement importants:

  • Lorsque l'enfant se met en danger ("non", ne va pas sur la route)
  • Lorsque l'enfant adopte un comportement réellement répréhensible

L'enfant devrait associer le mot "non" à un réel interdit. Et non à un hurlement que pousse son papa (ou sa maman) à longueur de temps pour tout et pour rien (oui, j'exagère). L'autre idée est également de pouvoir laisser à l'enfant une certaine marge de liberté, importante je crois à son développement.

Bref, j'ignore si ma méthode est la bonne, mais je n'ai jusqu'ici (touchons du bois) jamais été (ou rarement) dans cette situation inconfortable évoquée en début d'article. Et dans tous les cas, je crois que cela peut arriver à tout le monde. Depuis que je suis papa, si je suis toujours un peu agacé / gêné pour les parents qui vivent ces situations, j'ai appris aussi à être plus tolérant!

Derniers commentaires

A propos de moi

A propos du blog papa chômeur

Jeune papa de 38 ans, passionné par les technologies de l'internet, et désireux de partager son expérience sur ce blog.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles dans Etre papa

Découvrez tous les articles de cette catégorie!

#1. Savoir dire non à ses enfants: quand et comment?#2. Les méthodes d’éducation: qu’en est-il réellement?